Gêne au PS due à la création d’un espace de coordination parlementaire centre-gauche

L’initiative promue par le président de la Chambre des députés, le PPD Raúl Soto, de créer un espace de coordination de centre-gauche incluant des éléments de la démocratie chrétienne n’a pas été très bien accueillie par le Parti socialiste, malgré le fait que ce parti soit ne fait pas partie du socialisme démocrate, tandis que le PS, qui fait partie de cette coalition gouvernementale, ne participe pas aux pourparlers, ce qui est lu comme un signe d’exclusion.

L’origine du scepticisme des socialistes s’explique par le fait que l’invitation du président de la Chambre n’était pas formelle et face aux niveaux officiels du parti, c’est pourquoi ils disent se sentir exclus de cette initiative. « Je ne vois pas d’un bon œil que le PS ne s’invite pas institutionnellement », a déclaré le député Tomás de Rementería à Le Mercurequi, bien qu’il ait été invité à participer à cet espace, s’est montré très critique quant à l’opportunité choisie pour le promouvoir car « aujourd’hui, nous avons des responsabilités importantes et nous ne pouvons pas nous laisser distraire par l’agenda de projets plutôt personnels ».

La présidente du Parti socialiste, Paulina Vodanovic, n’a pas non plus caché sa critique de la création de cet espace de coordination « qui n’inclut pas tous les partis du socialisme démocrate. Les parlementaires socialistes n’avaient aucune information sur cette réunion », a-t-il affirmé.

Pendant ce temps, le chef du caucus, Marcos Ilabaca, a affirmé que « je ne peux toujours pas comprendre cette prétendue coordination des forces de centre-gauche où nous avons clairement été marginalisés en tant que parti, en tant que caucus ».

« Au sein des forces du parti au pouvoir, nous avons développé un travail permanent de coordination avec la FA, avec le PC, avec le PPD, avec le PL, avec le PR, et aujourd’hui une supposée nouvelle coordination surgit avec les partis du parti au pouvoir ne parle que de gâchis », a-t-il conclu.