Exposition de Paz Errázuriz dans la galerie Nemesio Antúnez de l’UMCE

Exposition de Paz Errázuriz dans la galerie Nemesio Antúnez de l’UMCE

  • Galerie Nemesio Antúnez UMCE, Av. José Pedro Alessandri 774, Ñuñoa.
  • Jusqu’au 31 décembre.
  • Lundi au vendredi – 10h00 à 17h00.
  • Entrée libre.

Vingt photographies, la plupart jamais exposées auparavant, arrivent dans le cadre de « Imperfect Archive », une exposition de Paz Errázuriz, Prix National des Arts Plastiques 2017 et l’un des photographes chiliens les plus reconnus internationalement.

Des images de marches, de femmes, de visages, de rues et d’autres moments et lieux de la vie quotidienne dans les années 80 font partie de ce matériau inédit.

Crédit : Paz Errázuriz.

« Ces photographies n’avaient pas été montrées auparavant en raison de leur nature d’enregistrement. Nous connaissons la série d’essais photographiques de Paz, qui ont délimité des thèmes et des espaces, mais ‘El infarto del alma’, ‘Adam’s apple’, ‘Los nomads del mar’ ne sont pas sortis de nulle part. Elle a mené une pratique soutenue dans le temps, de chercher, voir, être, documenter, et c’est ce que cette exposition veut révéler », explique Ángeles Donoso, chercheuse et écrivaine, qui travaille avec le photographe dans le cadre d’un Fondart projet qui comprend cette exposition et la publication d’un livre.

« C’est une réflexion visuelle et textuelle sur la catégorie ‘femme’, non pas pour la fermer, mais pour l’ouvrir, l’interroger et l’explorer à travers la photographie », ajoute-t-elle.

Les raisons pour lesquelles ces documents sont exposés maintenant sont liées au moment historique du pays.

Crédit : Paz Errázuriz.

« Ces archives acquièrent de nouvelles significations. Aujourd’hui les féminismes nous interpellent et enlèvent la parole, c’est-à-dire au débat public. Ce sera également le 50e anniversaire du coup d’État l’année prochaine. Il y a aussi le contexte de la révolte et de tout ce qui s’est passé depuis le plébiscite de sortie et le nouveau retranchement de la droite. Revenir avec ces photographies, après si longtemps, est un exercice d’autoréflexion, qui permet de se souvenir et d’offrir cette possibilité au public », détaille la chercheuse.

« L’ouverture de cette exposition dans une université publique est très importante. Les photographies sont des outils plus riches que tout autre pour déclencher certaines conversations et débats, notamment sur des questions qui ont à voir avec la mémoire des militantismes féministes, le mouvement des femmes et les familles au quotidien », ajoute-t-il à propos de l’échantillon qu’il poursuivra son itinérance à Puerto Montt en janvier.
Simón Farriol, conservateur de la galerie Nemesio Antúnez UMCE, souligne l’importance d’avoir cette exposition dans notre université.

Crédit : Paz Errázuriz.

« Nous sommes profondément fiers de pouvoir compter sur le travail photographique de Paz Errázuriz, qui a maintenu une trajectoire de production qui fait d’elle l’une des plus grandes cinéastes nationales. Son regard et son intérêt tout au long de sa vie d’auteur se sont concentrés sur l’engagement de montrer ce qui n’est pas révélé dans la société, marginalisée et enfermée. Cet univers dépeint par Paz fait de cette exposition un focus lié à notre galerie et établissement universitaire, se chargeant de révéler et d’avertir une réalité sociale et politique qui a imprégné un Chili qui a traversé par une dictature et son inégalité sociale historique », pointe-t-il.

Des visites guidées dans des écoles ou des groupes peuvent être coordonnées, en programmant au préalable l’e-mail galerianemesioantunez@umce.cl.