États-Unis : le mari de la députée Nancy Pelosi est « violemment » agressé chez lui

El esposo de la presidenta de la Cámara de Representantes de Estados Unidos y líder demócrata, Nancy Pelosi, fue « atacado violentamente » en la residencia que ambos comparten en la ciudad de San Francisco, y debió ser hospitalizado, dijo la oficina de la congresista este Vendredi. L’agresseur a été interpellé par la police.

Le chef de la police de cette ville, William Scott, a expliqué que le suspect, identifié comme étant David Depape, 42 ans, est entré dans les lieux en demandant « où est Nancy? » et a commencé à agresser Paul Pelosi, 82 ans. Après avoir reçu l’appel à l’aide et être arrivés sur les lieux, les agents ont trouvé les deux hommes qui se débattaient et tentaient de prendre le contrôle d’un marteau. Depape a réussi et a commencé à battre Pelosi, détenu sur place par la police.

Drew Hammill, un porte-parole du leader démocrate, a déclaré que Paul Pelosi devrait se remettre « pleinement » de cette attaque. Il a également confirmé que le président de la Chambre n’était pas dans la maison lorsque le raid a eu lieu. « Le président et sa famille sommes reconnaissants pour la réponse rapide des services d’urgence et des professionnels de la santé et demandons le respect de la vie privée en ce moment », a ajouté Hammill.

problèmes de sécurité

Paul Pelosi est soigné pour contrôler les ecchymoses et les gonflements laissés par les coups qu’il a reçus, une situation qui a soulevé des questions sur la sécurité assurée aux membres du Congrès et à leurs familles, à un moment où ils font face à de nombreuses menaces, à deux ans après le attentat contre le Capitole perpétré par des partisans de l’ancien président Donald Trump. À moins de deux semaines des élections de mi-mandat, plusieurs législateurs ont tiré la sonnette d’alarme sur un regain de violence à leur encontre.

La Maison Blanche a déclaré que le président Joe Biden avait appelé Pelosi pour exprimer son soutien à « l’horrible attaque » et priait pour le prompt rétablissement de son mari. « Le président condamne toute violence et demande que le désir d’intimité de la famille soit respecté », a déclaré l’attachée de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, dans un communiqué.