Documentaire « Rythmes du Nord, plaisir derrière la caméra »

Documentaire « Rythmes du Nord, plaisir derrière la caméra »

  • Théâtre municipal Lord Cochrane, Independencia 455, Valdivia.
  • Dimanche 4 décembre – 16h00
  • Libre.

« Rythmes du Nord, s’amuser derrière la caméra » et « Norte Flow » sont deux documentaires créés par des enfants et des jeunes (NNJ) qui ont participé au cycle 2022 de l’École du documentaire de quartier, un projet communautaire de formation audiovisuelle, qui aborde le documentaire langue à partir d’une approche d’exploration du territoire et d’interrogation sur l’identité personnelle et communautaire.

Le projet a été réalisé au Centre Communautaire de Santé Familiale (CECOF) de la population Norte Grande de la ville de Valdivia, entre mars et septembre. Au cours de cette période, les laboratoires: Filles et dissidents devant la caméra -de langage documentaire avec une perspective de genre dictée par Carolina Moscoso- et Cinéma + Musique urbaine -de nature mixte dictée par Javiera Luna-, et dirigé par Mariana Carrasco, ont commencé une travail créatif qui comprend l’exploration du territoire, l’apprentissage du langage audiovisuel et enfin le tournage des films.

Mariana Carrasco, productrice audiovisuelle qui dirige le projet, explique que « grâce à l’exercice continu du point de vue et de l’appréciation critique, à la fois du territoire et des œuvres audiovisuelles, le développement des compétences communicatives, expressives et créatives de ceux qui participent est promu « .

« Notre proposition est de rapprocher le langage audiovisuel des groupes d’enfants et d’adolescents ayant un accès réduit à ces formations, d’autant plus que la perception d’une grande partie des NNJ qui vivent dans des couches sociales vulnérables, est que les images et les histoires qui les dépeignent sont généralement stigmatisante, construite de l’extérieur et non par ceux qui appartiennent au territoire », ajoute-t-il.

Pour arriver au résultat, le processus a été divisé en trois phases : lors de la première, les groupes ont exploré le lieu où ils vivent à travers un exercice de cartographie participative. Avec la collaboration du projet Textile Brigade, de l’artiste de Buenos Aires Ana Karina Pizarro, la population a été documentée intuitivement avec des dessins, des photographies, des textes et des enregistrements vidéo. Le résultat a été une peinture murale avec la carte du Norte Grande.

La deuxième étape, orientée vers le langage audiovisuel, a travaillé sur la compréhension de l’image en mouvement, son expressivité et ses techniques, le jeu de rôle et la construction de récits.

Dans la troisième et dernière étape, composée du tournage, le laboratoire Niñas y disidencias a la cámara a expérimenté l’enregistrement analogique au format super 8 et le développement ultérieur des films à domicile; ce travail a été développé en collaboration avec le cinéaste Camila José Donoso, et a eu une projection ultérieure du matériel, appelée « Cine Expandido ». Le laboratoire Cine + Música Urbana a conclu son processus avec la création d’un documentaire musical, où ils mélangent musique, paroles et enregistrements audiovisuels, avec la collaboration d’artistes locaux tels que Maximiliano Carrasco et le producteur Carlos Zúñiga.

De la dimension éducative et participative qu’a le langage audiovisuel, « ces œuvres, créées et exposées à partir de et pour leur propre communauté, cultivent chez les filles, les garçons et les jeunes une nouvelle perspective concernant les critères de consommation audiovisuelle », reflète Mariana, ajoutant que  » Dans le même temps, un espace est également ouvert au point de vue des jeunes générations, permettant le développement d’actions concrètes sur leur territoire dans la production audiovisuelle, en tant que sujets constructifs, capables d’offrir de nouvelles réalités et scénarios sociaux ».

RYTHMES DU NORD, FUN DERRIÈRE LA CAMÉRA

RÉALISÉ PAR LE LABORATOIRE GIRLS AND DISSDER

Au sud du monde se trouve La Norte Grande et elle a son propre pouls. Des entreprises, des vergers, des chiens, des maisons et des camps, des murs avec de l’art, du football, des nuits dangereuses et un groupe de filles qui décident de filmer à l’ancienne, avec une caméra super 8, comment elles s’amusent au rythme de la lieu où ils habitent. .

FLUX DU NORD

FABRIQUÉ PAR LE CINÉMA URBAIN + LABORATOIRE DE MUSIQUE

Ce documentaire musical est le flux du Nord, parce que les garçons et les filles se promènent sans passeport en enregistrant leurs coins, avec leurs voisins, en faisant attention à exprimer ce qu’ils aiment et ce qu’ils n’aiment pas, en créant des paroles sur ce que c’est que de vivre dans leur population, faisant de la musique et un clip vidéo de la chanson, dédié au Grand Nord de cœur.