Des carabiniers trouvent des armes de guerre, de la drogue et des munitions dans l’entrepôt du bâtiment de la gare centrale

Des membres du personnel des carabiniers ont trouvé diverses armes et des munitions de guerre de gros calibre dans un entrepôt d’un immeuble du quartier Estación Central. Ceci, à la suite d’une enquête née après l’arrestation d’un habitant de nationalité vénézuélienne dans le lieu pour possession de drogue.

Compte tenu de cela, le procureur du parquet du centre-nord, Felipe Olivari, a décidé d’ouvrir une enquête pour clarifier les faits.

« C’est à cause de l’odeur de cannabis sativa que la présence de la police est requise dans cet endroit. L’odeur était assez frappante et pointait directement vers cet entrepôt. Il a été possible de localiser le département auquel elle correspondait, cette personne a été retrouvée avec sacs de marijuana, individuellement il les avait en sa possession lors d’un contrôle d’identité qui est effectué, il est arrêté ; enfin, il autorise l’entrée dans l’entrepôt et toutes les espèces que nous signalons sont retrouvées », a-t-il déclaré.

« Nous parlons d’armes de guerre : deux fusils de guerre qui, sans préjudice du fait qu’aucun rapport d’expert n’a été effectué sur eux, apparemment, au préalable, ils seraient adaptés au tir. Aussi quatre grenades à usage militaire », a ajouté le procureur.

De même, les munitions des fusils, un pistolet, cinq litres d’acide chlorhydrique et une « grande quantité » de marijuana ont été saisis.

« Nous avons plusieurs sacs et, sans préjudice du fait que l’expertise n’a pas été réalisée par OS-7, nous parlerions de plusieurs kilos », a informé le persécuteur. Initialement, le sujet a été arrêté pour les crimes de trafic de drogue et de possession illégale d’armes.

Le lieutenant-colonel des carabiniers Leonardo Alache a déclaré que la personne arrêtée « habitait dans l’immeuble et serait liée à un dépôt de drogue qui se trouvait au sous-sol ». Concernant son identité, il a souligné qu' »apparemment il n’a pas de casier judiciaire dans notre pays, sans préjudice pour lequel il y a évidemment une enquête ».

« Nous allons essayer de déterminer s’il s’agit de la personne qui occupait cet entrepôt ou s’il s’agit d’autres individus qui y entreposaient ces choses, afin de déterminer si nous sommes en présence d’un certain type d’organisation », a-t-il conclu. .