Des barricades sont signalées dans différentes parties du pays trois ans après l’épidémie sociale

Dans la nuit d’hier et ce matin, des barricades ont été signalées dans différentes parties du pays en commémoration des trois ans de l’éclosion sociale. Ce type d’action a provoqué des embouteillages de véhicules, c’est pourquoi le trafic a été dévié.

Région métropolitaine

A cette époque, des barricades sont signalées sur l’Avenida Grecia et Los Tres Antonios, commune de Ñuñoa.

Vidéo via Twitter : @ALERTADESISMO

Dans la commune de Lo Espejo, des blocages ont été enregistrés sur la route à hauteur du cimetière métropolitain, ce qui a provoqué des embouteillages vers le nord.

Vidéo via Twitter : @Informa3Chile

Pour sa part, TransportInforma indique que dans la commune de La Cisterna, des blocages sont signalés sur la route 5 à la hauteur d’El Parrón, empêchant la circulation à travers la caletera.

Sur l’avenue Isabel Riquelme avec le Club Hípico dans la commune de Pedro Aguirre Cerda, il y a aussi des barrages routiers, empêchant la circulation normale dans le secteur.

Vidéo via Twitter : @Informa3Chile

Des barricades sont également signalées à Santa Rosa con Venancia (communauté de San Ramón) ; Camilo Henríquez à Santa Julia (La Florida) et à San Pablo à Cueto (commune de Santiago).

Sur la Panamericana avec Avenida Américo Vespucio Sur, des organisations ont érigé des barricades empêchant l’accès des véhicules par la caletera.

Vidéo via Twitter : @Murosyresisten

Région de Valparaíso

Dans la commune de Viña del Mar, des barricades ont été enregistrées pendant la nuit à la hauteur du jardin botanique.

Vidéo via Twitter : @Murosyresisten

Dans la matinée de ce mardi, des barricades ont également été signalées à l’accès à la mine Codelco Andina dans la commune de Los Andes.

Crédits : @ Informa3Chile

Crédits : @ Informa3Chile

Région d’Antofagasta

Dans la ville d’Antofagasta, des barricades ont été signalées aux intersections des avenues Sabella avec Maipú et Sabella avec le 21 mai.

Crédits : Radio Bio Bio

Crédits : Radio Bio Bio