De l’Université du Chili, ils affichent leur mécontentement face au report de la classique universitaire: « C’est une injustice sportive »

Le report de la classique universitaire entre l’Université catholique et l’Université du Chili pour les quarts de finale de la Coupe du Chili n’a pas été bien accueilli par les Bleus, qui se disent lésés par la décision du conseil d’administration de la Fédération chilienne de football.

A rappeler que la rencontre a été suspendue après cinq minutes de jeu après l’impact d’une bombe assourdissante sur le gardien « U », Martin Parra, qui a été transféré de Valparaíso (lieu du match) dans une clinique de Santiago. Les Crusaders l’ont emporté grâce à un penalty marqué par Fernando Zampedrilaissant l’agrégat lié.

Tu pourrais aussi aimer:

La personne chargée de parler était le directeur sportif d’Azul Azul (concessionnaire qui gère l’Université du Chili), Manuel Mayo, qui a indiqué que cette décision est une énorme injustice sportive, alléguant que le corner et le penalty en faveur de l’UC étaient inexistant, donc vous vous sentez lésé.

Aussi, a-t-il précisé Radio ADN, qu’il est difficile de reprogrammer la réunion, car ils ont déjà prévu l’avenir bleu. « Nous avons un calendrier serré et nous nous voyons également lésés par une date pire, il n’y a aucun respect pour la justice sportive. Le U et Martín Parra seraient les principales victimes. Le bon sens ne serait pas utilisé », a-t-il déclaré.

Enfin, il a assuré que Parra se sentait mieux, avec quelques maux de tête et que son audition n’était pas à 100 %.