Dans une séance agitée au Congrès, le sénateur De Urresti lance contre Marta Herrera : « Clairement » c’est la continuité d’Abbott

La commission constitutionnelle du Sénat a connu un début de session difficile où le candidat au poste de procureur national, Martha Herrera, exposera devant les parlementaires. Un membre de ladite instance, le Le sénateur Alfonso de Urresti (PS), a soutenu que « nous sommes en présence du successeur du procureur Abbott ».

Dans cette ligne, la parlementaire a été consultée sur les liens entre Herrera et Abbott, demandant si « il y a un doute qu’elle n’est pas la suite ? Si elle était le bras droit, elle était en charge de l’Unité anti-corruption, elle était le porte-parole du procureur Abbott et nous l’avons vue en permanence avec elle. Par conséquent, l’important ici est de définir la pertinence que ce poste a pour la société.

Vous pourriez également être intéressé par :

Dans le même ordre d’idées, quant à savoir s’il refuserait ou non la nomination, Urresti a été franc et a déclaré que « nous allons écouter la proposition », « mais nous sommes clairement en présence du successeur du procureur Abbott ».

« Le vote doit être éclairé, réfléchi, on ne peut pas mettre quelqu’un aux commandes d’une institution aussi importante pour les huit prochaines années qui n’ait pas un engagement fort dans la lutte, notamment contre le crime organisé, pour changer les choses par rapport à ce qui a été le ministère public », a témoigné le parlementaire.

D’autre part, le législateur a souligné que « l’important est que le Gouvernement ait la conviction et la capacité de proposer un candidat qui réunisse ce quorum ».

« Au-delà du nom, ce qui est important, c’est la façon dont le ministère public va gérer les conflits graves, le crime organisé et tout ce genre de situation, qui est la clé pour pouvoir lutter contre le crime au Chili », a conclu De Urresti.