Crise au Pérou : Une nouvelle journée de manifestations porte le nombre de morts à 60

Ce vendredi, et après une nouvelle journée de manifestations au Pérou, la mort d’un homme dans la région sud de Puno a porté à 60 le nombre de morts dans le cadre des manifestations antigouvernementales qui ont débuté en décembre dernier, et qui ces derniers jours se sont intensifiés dans le pays voisin.

La victime mortelle a été identifiée comme étant Isidro Arcata Mamani, décédé après avoir subi un choc hypovolémique alors qu’il était transporté en ambulance à l’hôpital régional de Puno, étant l’une des huit personnes blessées lors de violents affrontements entre manifestants et forces de sécurité, dans la ville de Key.

Les détails de la grave situation dans la ville andine ont été rapportés peu de temps après que la ministre de la Santé, Rosa Gutiérrez, a rapporté que lors des manifestations de ce vendredi, 25 patients avaient été soignés dans différents hôpitaux du pays, dont 13 à Lima avec des polycontusions qui , comme il l’a assuré, ont déjà reçu une décharge médicale, comme 7 autres à Arequipa et 4 à Puno.

Les protestations qui se sont propagées dans diverses régions du pays appellent à la démission de la présidente Dina Boluarte, à la fermeture du Congrès, à la convocation d’élections générales pour cette année et à une assemblée constituante. À cet égard, le ministre de l’Intérieur, Vicente Romero, a affirmé qu’« il y a une action planifiée et concertée » avec l’intention de « faire chanter le gouvernement ».

Les manifestations ont fait 45 morts parmi les manifestants et un policier depuis décembre dernier, tandis que 14 autres personnes, dont un bébé à naître et quatre Haïtiens, sont mortes de diverses causes causées par les barrages routiers.