Copa América féminine : Christiane Endler rappelle que ne pas se qualifier pour la Coupe du monde est un échec

Le capitaine de l’équipe féminine du Chili, Christiane Endlera abordé la participation de « La Roja » à la Copa América en Colombie, avant la confrontation de ce jeudi face à l’Equateur.

Evoquant son rôle contre le Paraguay, une rencontre qui lui a valu des critiques, la gardienne a précisé dans adn radio que « ce n’est pas la pression, nous sommes humains et nous faisons tous des erreurs, peu importe combien vous vous entraînez mille heures. Chaque balle et chaque situation est différente. Vous travaillez pour minimiser les erreurs, mais cela ne signifie pas que vous ne le ferez pas faire des erreurs. Je suis clair qu’ils vont marquer des buts pour moi. Je ne me consacre pas à lire les critiques et à voir le négatif, car cela m’affecterait. Je sais que quand je fais des erreurs, c’est super évident et nous devons y travailler pour faire mieux la prochaine fois. Être nominé trois années de suite pour le The Best Award vaut plus que l’avoir remporté car cela montre la constance à mon niveau ».

Tu pourrais aussi aimer:

« Nous devons faire une autocritique, que nous n’étions pas à la hauteur de la tâche en termes d’attitude et de dévouement. Je m’engage à tout donner dans les matchs restants, nous devons grandir footballistiquement et physiquement. J’espère que dans les matchs restants, nous peut refléter le travail qui est derrière L’engagement envers La Roja est là, nous allons tout donner pour y parvenir, même si parfois il y a un manque de football », a-t-il ajouté.

Qualification coupe du monde

La défaite contre le rouge et blanc a mis la qualification du Chili pour la Coupe du monde 2023 en Australie – Nouvelle-Zélande en montée, car cela dépend d’autres résultats et de faire de même pour continuer à avancer dans la Copa América.

Face à cela, le gardien de l’Olympique Lyonnais a soutenu que « l’objectif a minima, c’est de se qualifier pour la Coupe du monde. L’important n’est pas de se contenter de ce que l’on a réalisé, mais d’en chercher plus ». L’idée de ceux d’entre nous qui sont ici, c’est que nous voulons continuer à avancer, à réaliser des choses, à faire du chemin Il est plus facile de renaître dans le succès que dans l’échec. Tout ce qui n’est pas comme ça doit être qualifié d’échec, on veut qu’il y ait du soutien au football féminin mais aussi qu’on accepte les critiques. Nous savons que nous n’avons pas joué un bon match contre le Paraguay. »

« Il m’est venu à l’esprit de ne pas continuer, que cela vaille la peine ou non de continuer à lutter contre le courant et plusieurs fois de ne pas voir le résultat. Cette année, j’ai eu de nombreuses reconnaissances individuelles et de bons résultats collectifs, mais il y a eu de nombreux moments difficiles qui sont partie d’être un athlète, comme les blessures », a-t-il conclu.