Bárbara Riveros a obtenu son sixième titre à l’Ironman 70.3 de Pucón

Après avoir nagé dans le lac Villarrica, pédalé sur la route de Curarrehue et parcouru plusieurs kilomètres à travers Pucón, Bárbara Riveros a remporté une nouvelle victoire dans l’Ironman 70.3 qui s’est déroulé ce dimanche à La Araucanía.

« Je suis super content. Je ne savais pas comment mon corps réagirait, mais j’ai eu une course régulière. Les filles ont livré une bataille difficile et c’est sans aucun doute très important », a déclaré le coureur après avoir terminé le parcours. , étant très heureux malgré le fait qu’au-delà de la victoire, il a soutenu qu’il est encore loin du niveau qu’il recherche. « J’ai besoin de faire de longues distances, je dois continuer à travailler et être plus solide sur le vélo. J’ai beaucoup de travail à faire », a-t-il déclaré.

Concernant son championnat à six reprises, avant la compétition qui se tiendra à Hawaï, la triathlète a rappelé quand elle a couru l’Ironkid et a souligné qu ‘ »il y a une tradition ici ». Et elle a ajouté : « Je suis reconnaissante envers la communauté et chaque Pucón est spécial. Il a une place importante dans mon cœur. »

En ce sens, Riveros a exclu d’arrêter de concourir dans le pays. « Ils m’ont récemment demandé si c’était mon dernier Pucón. Peut-être qu’il y a des gens qui veulent me retirer, mais vous devez démontrer par des actions. J’espère que ce n’est pas mon dernier Pucón, j’espère qu’il y aura Barbara pendant un moment. »

Chez les hommes, le meilleur Chilien a été Martín Ulloa, qui est arrivé derrière l’Espagnol Antonio Benito López. L’athlète national a laissé derrière lui une maladie cardiaque qui l’a fait sortir de la dernière édition, alors sa place sur le podium l’a ému aux larmes. « Je viens ici depuis que j’ai douze ans », a-t-il déclaré.

« Ce n’est pas une saison, ce n’est pas trois semaines d’entraînement. C’est quinze ans. Il y a beaucoup de matins qui se lèvent à 5 heures du matin, beaucoup de nuits fatiguées », a déclaré Ulloa.

Antonio Benito López s’est rendu à Pucón pour la première fois et l’a emporté, imitant ce que son compatriote Javier Gómez Noya a fait lors de l’édition Ironman 2022.

« Je suis super content. J’ai vécu un moment complexe sur la péninsule, dans le dernier tour. Ça frappe beaucoup, mais voir les gens est motivant. Heureusement, tout s’est bien passé », a déclaré López. La troisième. L’homme né à Tomelloso a terminé la course en un temps de 3:55:13, à sept minutes du record détenu par le Canadien Lionel Sanders, qui a terminé en 3:48:43. « Je dois continuer à bien m’entraîner, sans blessures ni maladies, pour continuer dans la même lignée et bien atteindre le Championnat du monde », a conclu l’Espagnol, qui se dit enthousiaste à l’idée de participer à nouveau aux prochaines éditions du triathlon du sud surnommé « le plus belle course au monde ».