Arabie saoudite. Une femme condamnée à 34 ans de prison pour un tweet sur l’égalité des sexes

Salma al-Shehab a été condamnée à 34 ans de prison en Arabie saoudite pour s’être prononcée à plusieurs reprises en faveur des droits des femmes sur Twitter et avoir retweeté des messages de dissidents saoudiens en exil. Entre autres choses, Shehab s’était également prononcée en faveur de la militante saoudienne des droits des femmes Loujain al-Hathloularrêté en 2018 et libéré en 2021.

De l’organisation de défense des droits humains ALQST, ils dénoncent qu’il s’agit de « la plus longue peine de prison jamais prononcée par les autorités saoudiennes contre un militant pacifique » dans un contexte de « répression excessivement dure ».

Salma Al-Shehab, une mère de famille, a été condamnée pour « avoir aidé ceux qui cherchent à troubler l’ordre public et avoir diffusé des informations fausses et malveillantes (…) avec ses tweets ». Cette doctorante en médecine dentaire à l’université de Leeds (Angleterre) a été arrêtée en janvier 2021, alors qu’elle était en vacances en Arabie saoudite.

Shehab, qui compte environ 2 600 abonnés sur Twitter, a régulièrement publié des messages en faveur des droits des femmes dans le royaume ultra-conservateur.

Reconnaissance tardive et lente des droits civils

« Il ne pensait pas que son activité sur Twitter pouvait lui causer des problèmes », a déclaré à l’AFP un ami de la femme, qui a requis l’anonymat. « Nous avons été surpris par son arrestation », a-t-il ajouté. Sous l’impulsion du prince héritier Mohammed ben Salmane, l’Arabie saoudite a accordé plus de droits aux femmes.

Récemment, les femmes saoudiennes ont pu assister à des concerts ou à des compétitions sportives aux côtés d’hommes, conduire des voitures et voyager sans l’autorisation d’un parent masculin.