Après une longue journée de négociations, les partis ne sont pas encore parvenus à un accord constitutif : ils se retrouveront vendredi

Après une longue journée de négociations, les parties qui sont en pourparlers pour poursuivre le processus constituant ne sont pas encore parvenues à un accord. C’est ce qu’a déclaré le président du Sénat, alvaro elisabeth (PS) – qui, avec le timonier de la Chambre des députés et des députés, Vlado Mirosevic (PL), mène les dialogues-, ce mercredi soir.

Le timonier du Sénat a exprimé un optimisme « modéré » après la réunion entre les parties -qui a débuté vers 14h00-, mais a souligné que l’obstacle demeure -comme lors des réunions passées- dans le mécanisme d’élaboration de la nouvelle constitution. A son tour, il a déclaré que les parties reprendraient les négociations vendredi.

Tu pourrais aussi aimer:

point de divergence

Le parti au pouvoir insiste pour que l’organe qui rédige la nouvelle Magna Carta soit élu à 100%, tandis que l’opposition propose un organe mixte (composé d’experts nommés par le Congrès et d’élus).

Lors de la séance de ce mercredi, le sénateur ximena rincón (Collectif des démocrates) a renfloué une ancienne proposition de Renouveau national (RN) : un corps de 50 membres, mais tous élus.

Cependant, l’idée n’a pas suscité de soutien transversal : du RN et d’Amarillos por Chile, ils ont résisté à son soutien.