Après la formation d’une nouvelle Quina au poste de procureur national, les sénateurs constatent une fois de plus « l’opacité » du processus

Le Président du Sénat, alvaro elisabeth (PS), a annoncé que si le président Boric choisissait dès que possible un nouveau nom parmi la proposition de Quina pour le poste de procureur national, la Société serait en mesure de voter la semaine prochaine. Elizalde a publié ces déclarations après le retour de la Cour suprême pour terminer la quina après les quotas laissés par les démissionnaires Rodrigo Ríos Oui José Morales, dont le nom a été rejeté par le Sénat. La plus haute juridiction a choisi Nayalet Mansilla Déjà Juan Augustin Melendez.

« Une fois que le président aura choisi un nouveau nom, une session du comité de la Constitution (du Sénat) sera convoquée pour que le nouveau candidat présente ses propositions, et le comité respectif préparera un rapport, et la Chambre votera la semaine prochaine. « , a déclaré Elizalde.

Tu pourrais aussi aimer:

« Selon les horaires estimés, nous allons convoquer une session extraordinaire mardi ou mercredi prochain pour que le Sénat se prononce sur la décision du président de la République », a ajouté le timonier de la Chambre haute.

Concernant la quina, le militant PS a affirmé que « ce sont des gens convenables qui ont une carrière exceptionnelle, et ce qui correspond, c’est que le Président choisit et que le Sénat se prononce ».

Avec la décision de la Cour suprême, l’équipe du procureur national est composée des personnes suivantes : le procureur régional de Ñuble, Nayalet Mansilla ; le procureur national (s) Juan Agustín Meléndez; l’avocat pénaliste Ange Valence; l’avocat et directeur de la Cellule Spécialisée Anti-Corruption et Juridique du Ministère Public, Martha Herreraet le procureur régional d’Aysén, Carlos Palma.

Le président Boric doit choisir l’un des cinq candidats. La personne désignée par le Président aura besoin de la ratification du Sénat avec un quorum de 2/3 (33 voix).

Rappelons que le Sénat a rejeté la nomination de Morales le 30 novembre, avec 31 voix pour, 6 contre et 8 abstentions. Certains FRVS (officialiste), DC, RN et parlementaires indépendants l’ont rejeté.

Appel pour revoir le processus

Différents sénateurs ont appelé à revoir la procédure de choix d’un nouveau procureur national. Ils ont souligné « l’opacité » dans le processus et ont exhorté à le « raffiner ».

Le sénateur Ivan Florès (DC) a exprimé que « quels que soient les noms et la qualité des personnes qui ont été désignées pour réintégrer la quina, je tiens à insister sur l’opacité du processus ».

« Je pense que le pouvoir judiciaire devrait comprendre que lorsqu’il s’agit d’institutions ou de nominations pertinentes, il devrait s’ouvrir et promouvoir la participation des meilleurs. La vérité est que non seulement ces doigts ne sont pas beaux, mais ils peuvent se prêter à d’autres choses, alors je pense qu’il vaut mieux bien faire les choses », a-t-il ajouté.

Pour sa part, le sénateur Esteban Vélasquez (FRVS) a soutenu que « nous devons revoir la procédure de nomination des candidats au poste de procureur national. Les procédures sont déjà très éculées, avec des erreurs impliquées, et il faut la perfectionner pour que dans huit ans nous ne commettions pas les mêmes erreurs. « .