Après des années de discussions, le Chili rejoint le TPP11 : le gouvernement a déposé l’instrument de ratification en Nouvelle-Zélande

Le gouvernement chilien a déposé ce jeudi l’instrument de ratification du Traité de partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP, plus connu sous le nom de TPP11). C’est ce qu’a rapporté le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. En outre, ils ont indiqué que l’accord entrera en vigueur en février 2023.

Du ministère des Affaires étrangères, ils ont indiqué dans un communiqué que l’exécutif mène « un travail interministériel (…) pour préparer la mise en œuvre du traité une fois qu’il sera entré en vigueur, sur la base du ‘Protocole d’accord d’accord pour l’approbation du CPTPP », signé le mardi 6 août 2019, avec l’approbation de la commission des relations extérieures du Sénat ».

Tu pourrais aussi aimer:

Sur les lettres latérales (une stratégie promue par le gouvernement pour éviter, avec d’autres membres du TPP11, le mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États), le ministère des Affaires étrangères a indiqué avoir conclu des accords avec la Nouvelle-Zélande, la Malaisie et le Mexique.

En outre, « une déclaration a été signée avec le Canada dans laquelle ils s’engagent à travailler sur la révision du chapitre sur l’investissement, en particulier le mécanisme d’arbitrage investisseur-État, tant dans le CPTPP que dans l’ALE bilatéral », ont-ils commenté.

« De la même manière, un travail est en cours avec l’Australie, pour obtenir une déclaration du même ton », ont-ils ajouté.

Rappelons que le Sénat a approuvé le TPP11 le 11 octobre de cette année. Ceci, après quatre ans de traitement au Congrès. La Société a approuvé le document avec 27 voix pour, 10 contre et une abstention.

Dans ce cas, le parti au pouvoir a voté divisé : dans le socialisme démocratique, il y a eu des votes pour et contre, tandis que les sénateurs d’Approve Dignity se sont prononcés contre le TPP11.