Analyse OPC du budget culturel 2023 : une augmentation substantielle, mais sans changements structurels

Dans son rapport annuel sur le projet de loi de finances 2023 du ministère de la Culture, des Arts et du Patrimoine, l’OPC a souligné l’augmentation de 16%, l’une des plus fortes augmentations de ces dernières années. Avec cela, le budget de la culture passe de 0,41% à 0,44% du Trésor National.

Les principales augmentations se reflètent dans les projets d’investissement, qui sont généralement axés sur les infrastructures. Dans ce poste, l’augmentation au Sous-secrétariat aux Arts et Cultures est de 709% et au Patrimoine, de 3,142%.

De même, le programme de financement des infrastructures publiques et/ou privées a augmenté de 57,3% pour atteindre 5.492.735 ThCh$, auquel s’ajoute que les dépenses de personnel augmentent dans toutes les sous-sections du Ministère.

« Sans aucun doute, cette augmentation est un bon signe. Cela peut être interprété comme une avancée claire vers la réalisation de la promesse de 1% pour la culture, même si des augmentations encore plus substantielles seront nécessaires dans les années à venir pour y parvenir », a indiqué la directrice de l’Observatoire des politiques culturelles, Bárbara Negrón.

Autre point notable, dans le domaine du patrimoine, le Fonds d’amélioration globale des musées a augmenté de 112,7 % (1 285 053 Th$). A quoi s’ajoute l’augmentation du budget général du Sous-secrétaire au Patrimoine, restant à 40,5% par rapport au total du Ministère.

Fonds compétitifs

Cependant, en ce qui concerne le nouveau système de financement de la culture annoncé, aucun changement significatif ou nouvel instrument n’est observé. Les Fonds compétitifs, qui ont historiquement eu tendance à augmenter, ne présentent cette fois aucune augmentation, à la seule exception du Fonds des arts de la scène (+19%). De même, les transferts directs aux institutions culturelles du secteur privé (comme le GAM, Matucana 100 ou le Musée précolombien, entre autres) n’augmentent pas, et de nouveaux bénéficiaires ne s’ajoutent pas.

La principale augmentation du financement est donnée par le programme Red Cultura y Puntos de cultura, qui dispose de 51,6% de ressources supplémentaires, conformément à un autre des engagements du gouvernement présidentiel dans ce domaine, à savoir le financement de la culture dite communautaire. De même, le Programme d’Appui aux Organisations Culturelles Collaboratrices (PAOCC) change de nom pour « Promotion et Développement des Écosystèmes Créatifs et des Organisations Culturelles Collaboratrices » et augmente de 12,5 %.

« Il est frappant de constater que, du moins dans ce budget, on n’observe pas de changements structurels en général, ni de nouveaux instruments publics qui soient en ligne avec le nouveau système de financement annoncé », a déclaré le professionnel. Bien qu’il ait souligné un nouveau programme pour la promotion et le renforcement du travail culturel : « Avec cette initiative, le ministère assume enfin les travailleurs culturels comme sujets de politique publique ».

Parmi les quelques coupes que le rapport enregistre figurent celles des ressources du Conseil national de la télévision (CNTV), qui ont chuté de 6,2 % (une tendance qui se maintient depuis plusieurs années). De la même manière, le Programme d’exportation des services a diminué de 10,3 % et le Programme de modernisation du secteur public, Archives nationales, a représenté une baisse de 15,1 %.

L’analyse complète du budget de la culture, réalisée sur la base du projet de loi présenté, est désormais disponible ici.