Amnesty International va « surveiller » le nouveau processus constituant au Chili

Amnesty International (AI) a déclaré ce vendredi qu’après l’accord conclu lundi par les partis pour poursuivre le processus constituant au Chili, « elle sera attentive » à la réforme constitutionnelle qui doit être menée, qui « ne doit contredire aucune façon » les principes fondamentaux des droits de l’homme.

Dans un communiqué, l’organisation a affirmé qu’elle « assumera un rôle de surveillance et de plaidoyer pour s’assurer que le texte constitutionnel place les droits de l’homme au centre ».

Tu pourrais aussi aimer:

Il a ajouté qu’il est « fondamental que le processus constituant soit transparent, inclusif, participatif et toujours tourné vers le public », raison pour laquelle il sera « vigilant quant à la mise en œuvre de l’accord ».

L’ONG précise qu' »a priori ce nouveau processus est perçu comme moins participatif compte tenu de ses caractéristiques de composition et du temps réduit dont il dispose pour l’élaboration du texte constitutionnel ».

Pour Al, « il est pertinent » que les caractéristiques et les exigences auxquelles doivent répondre les membres du Comité d’experts soient précisées « en détail » et que le mécanisme de leur nomination soit précisé.

Selon l’accord conclu entre la majorité des forces politiques du parti au pouvoir et de l’opposition, les experts seront nommés par le Congrès (12 par le Sénat et 12 par la Chambre des députés) et prépareront un avant-projet qui servira de la base du Conseil Constitutionnel, composé de 50 personnes élues par les citoyens, qui élaborera la proposition de Loi Fondamentale.

« Il est important de veiller à ce que ceux qui participent au processus constituant soient représentatifs de la diversité du pays et agissent en toute impartialité à tout moment », a déclaré l’organisation.