Alexis Sánchez clarifie ses propos sur « ne pas se sentir aimé au Chili »: « Je l’ai dit pour certains journalistes, pas pour mon peuple que j’aime »

L’arrivée de Alexis Sanchez L’Olympique de Marseille a monopolisé toutes les caméras nationales et françaises, car du club français il y a une grande illusion sur ce que le « wonder boy » peut offrir pendant son séjour en France.

Hier, il a été reçu par une foule à l’aéroport de Marseille et aujourd’hui c’était au tour de la présentation officielle qui comprenait une conférence de presse signifiant les premiers mots de l’attaquant national en tant que nouveau renfort du seul club français à avoir remporté une Ligue des champions.

Tu pourrais aussi aimer:

Conférence

Prenant le micro, Sánchez a parlé de la réception d’hier et de son moment physique actuel : « Les supporters m’ont surpris. Ils adorent ce club. Physiquement, je me suis entraîné à Milan. J’ai besoin d’avoir plus de contact avec le ballon, d’ajuster certains détails, mais physiquement Je me sens bien ».

Il a également été interrogé sur sa connaissance du club, auquel il a indiqué qu’« ils m’ont dit que c’est une équipe qui a une longue histoire, la plus grande de France, que c’est la seule qui a gagné la Ligue des champions. Il n’a pas été champion depuis dix ans et c’est un défi pour moi, parce que je veux gagner. J’ai joué avec certains à Arsenal. Je ne les connais pas très, très bien, mais j’espère le faire maintenant que je les verrai tous les jours ».

Abordant les objectifs qu’il a au club français, Sánchez a déclaré que « jouer en Ligue des champions est quelque chose d’agréable pour chaque joueur. Concourir dans mon propre truc. J’ai gagné des titres partout. Je suis ici pour gagner quelque chose. aussi. Le groupe est bon, l’entraîneur et le leadership aussi. Mon idée est de gagner quelque chose ici ».

Dans cette lignée, le « wonder boy » a lancé une critique mal accueillie au Chili en comparant ce qui s’est passé hier avec ce qu’il vit sur le sol national, en plus de commenter sur le campus de l’OM. « La réception d’hier était quelque chose de sympa. Partout ils m’ont bien reçu. Comme dit le proverbe, on n’est jamais une idole dans son pays. Je me sens très aimé à l’étranger. Ce sont de belles choses qui viennent à vous quand on s’y attend le moins. donne une dimension. Depuis le championnat, j’ai vu que l’équipe est intense. Nous pressons haut. J’aime le style, la façon dont nous pressons. Gagner 4-1 est quelque chose de bien ».

« J’aime la pression, que les choses soient difficiles pour moi pour les rendre faciles. La pression m’a accompagné tout au long de ma carrière. Être à Barcelone, Arsenal ou Manchester United vous apprend cela. Vivre avec la pression », a-t-il ajouté.

Clarification des dictons

Les propos du buteur historique de l’équipe nationale ont rapidement fait écho au Chili, qui a critiqué ces propos de Sánchez. À quoi le joueur lui-même via Instagram a clarifié ce qu’il voulait dire.

« Je l’ai dit… pour certains journalistes qui parlent, inventent et critiquent sans connaître du Chili… (YEIL PAS tous)… Prenez soin des plus jeunes », a déclaré Sánchez dans ses réseaux.

Il a également profité de sa publication pour exprimer que la publication n’était pas pour les gens de notre pays. « Je ne le dis pas, pour mon peuple ou pour les enfants de mon pays, que j’aime, et qu’à chaque fois que je vais au Chili, ils me donnent de l’amour et de l’énergie », a-t-il ajouté.

Crédits : alexis_officia1