200 000 participants, présence féminine et progrès en matière d’inclusion marquent le Festival REC 2022

Deux jours, quatre scènes, 46 artistes et 200 000 spectateurs. Le Festival REC 2022 – promu et financé par le gouvernement régional de Biobío et produit par le Teatro Biobío – a eu lieu les 5 et 6 novembre, se consolidant non seulement avec sa production artistique, technique et logistique la plus ambitieuse, mais aussi avec le plus grand afflux de public de votre histoire.

La septième version du plus grand festival gratuit du Chili a eu des présentations pour des publics divers, de Princesa Alba à Catupecu Machu, en passant par la comédie musicale Cecilia, une histoire incomparable, Tikitiklip, Álex Anwandter, Soulfía, Javiera Mena, Chico Trujillo, Chancho en Piedra , Machuca, Fabiana Cantilo, Kula Shaker et Hot Chip, ainsi que 19 projets musicaux de la région du Biobío.

« Le REC est une initiative des habitants de Biobío, en trois sens. Pour le mener à bien, il a fallu l’articulation, l’engagement et le travail non seulement des équipes du gouvernement régional et du théâtre Biobío, mais de nombreuses autres entités publiques et privées qui permettent directement ou indirectement qu’un tel événement se produise. D’autre part, c’est un festival gratuit qui a déplacé 200 000 personnes qui aiment la musique et qui ont su prendre soin de cette instance, en en faisant un espace sûr pour tous. Enfin, le REC génère également des externalités positives au niveau économique et cela s’est vu cette année, par exemple, dans le taux d’occupation extrêmement élevé des hôtels. Tout cela fait partie de l’identité de Biobío qui se projette aujourd’hui grâce au REC », a déclaré Rodrigo Díaz, gouverneur de la Région Biobío, qui a annoncé qu’une étude d’impact du Festival REC 2022 sera réalisée.

Crédit : Mariana Hernandez/REC Festival

affiche divers

Cette année, l’événement a été produit pour la première fois par le Teatro Biobío, qui a opté pour la conception d’une affiche diversifiée en termes de styles musicaux.

« Programmer, c’est donner un cachet ou une identité à un projet culturel et, en même temps, interpréter le public. Dans cette édition, cela s’est traduit par un line-up avec une forte composante rock – qui est profondément ancrée dans ce festival – mais qui comprend aussi le dynamisme de la musique et des genres que nous identifions que le public veut. Par exemple, avec très peu de décalage horaire, nous avons eu Fiskales Ad-Hoc et Princesa Alba dans le parc du Bicentenaire et nous avons vu comment le public a changé. Et c’est l’objectif d’une rencontre artistique : représenter les gens », a commenté Francisca Peró, directrice exécutive du Teatro Biobío, un espace qui a rejoint REC 2022 avec sa scène principale.

De même, Peró a souligné que « cette version du festival avait une perspective de genre. 40% des projets musicaux à l’affiche étaient portés par des femmes et cela s’est très remarqué dimanche. Les dissidents ont également été inclus, apportant de la diversité, rendant un secteur visible et promouvant la tolérance. Nous avons également fait un travail de prévention avec le Seremi for Women and Gender Equity, afin que l’équipe de production et de sécurité ait des outils pour faire face à d’éventuels cas de violence de genre.

Crédit : Luis Martinez/REC Festival

D’autre part, cette édition a choisi d’évoluer vers faire du REC un événement plus inclusif. En plus d’un gala communautaire de la comédie musicale Cecilia, une histoire incomparable, auquel étaient principalement invités des personnes âgées de différents quartiers de Biobío, les scènes disposaient d’espaces pour les personnes à mobilité réduite. Des mesures pour la communauté sourde ont également été intégrées : samedi Nerven&Zellen a été présenté – un groupe de scène qui intègre la langue des signes chilienne – et dimanche, 14 spectacles ont inclus la participation d’interprètes en langue des signes.

Concernant la sécurité, les carabiniers ont fait une évaluation positive.

« Il y avait beaucoup de maîtrise de soi. Quand il y avait des excès, il y avait un dialogue entre les gens, sans atteindre aucun type d’activité criminelle. Dans cet événement, nous avons enregistré 12 détenus, dont la plupart ont été traduits devant les tribunaux correspondants. Outre la partie sécurité préventive de l’événement, cela a également entraîné un développement dans le soutien et l’ordre du flux routier, dans le but de donner de l’ordre et de la fluidité », a expliqué le lieutenant-colonel Luis Rosas, sous-préfet des services de la préfecture de Conception.

Crédit : Mariana Hernandez/REC Festival

Créé en 2015 –dont la première version comptait une scène et 15 artistes–, il visait dès le départ à renforcer le secteur créatif et à en promouvoir d’autres. Cette année a vu la première édition de REC Pro, une conférence de trois jours pour l’industrie musicale locale.

« Il y a eu une expansion de la marque et une professionnalisation tout au long de la chaîne de production du festival. L’incorporation de REC Pro élargit encore la portée de la marque, en plus de générer des conversations approfondies sur les différents bords et défis de l’industrie de la musique », a déclaré Manuel Lagos, directeur du Festival REC 2022, qui faisait partie des cinq premières éditions. de l’événement et a pu vérifier sa croissance et sa consolidation.

De l’avis de Mauricio Castro, directeur de la culture de la municipalité de Concepción, tout cela est également possible car « le festival se déroule dans un espace qui lui permet de se développer et une communauté qui le reçoit. Nous avons un écosystème musical, artistique et culturel, en plus des universités, qui l’abritent et lui donnent du sens. Cette version du REC nous permet également de réfléchir au positionnement international et à l’engagement que Concepción soit une ville UNESCO de la musique ».

Crédit : Antonio Garrido/REC Festival